Pourquoi les Khurdes ?
 
3- Parce qu’ils étaient un peuple de nomade, mais pas seulement…

Les historiens s’accordent aujourd’hui à dire que très tôt, au cour de leur histoire, sédentaire, semi-nomade et nomade ont coexisté au sein du peuple kurde. Pour parler de Nomadisme, il faut que la mobilité concerne la totalité du groupe social (homme, femme, enfant et la maison). Jusqu’au début du XXe siècle, une partie de ce peuple  répondait donc à ce critère. De nos jours, comme la plupart de leurs semblables immobilisés par une volonté politique confondant sédentarité et modernité, il est en majorité citadin ou villageois et seules quelques familles tentent encore l’aventure nomade maintenant, bon gré mal gré, une activité pastorale traditionnelle.

D’autres encore ont su conserver une pratique moins radicale, ce semi-nomadisme pastoral accompagnant les variations climatiques annuelles. L’hiver, on loge au village dans une maison en dur. L’été, on part avec le troupeau vivre en montagne sous la tente.
Pour l’économiste, écrivain et essayiste J. ATTALI pour qui les nomades ont inventé les éléments clefs de toutes les civilisations (le feu, les langues, etc) et furent de véritables forces d’innovations et de création, « l’humanité devra réussir à vivre à la fois en sédentaire pour se construire et en nomade pour s’inventer ».

Sources :
1- Coll., L’Homme et le mouton, Glénat, 1994
2- J. Attali, L’Homme nomade, Fayard, 2003