Sur la route de Karliova
(Où il est question de la Tribu Beritan et
de transhumance mixte)
 

« Bé-ri-tan, Bééé-ri-tan ! » Le refrain est désormais parfaitement maîtrisé. Deux jours que le CD repasse inlassablement dans la voiture de Veysi, avec, au moment précis où s’articulent ces notes redondantes, notre regard complice en échange, celui de « ceux qui savent de quoi ils parlent»…

Deux jours à suivre la transhumance de quelques familles Beritan, depuis Diyarbakir jusqu’aux portes des montagnes de Bingöl. Hier, nous assistions au chargement des bêtes dans les camions. Aujourd’hui, nous remontons la route qui nous mène (du moins je le pensais alors) jusqu à Karliova.

La tribu des Beritan est réputée. Installée en corporation d’élevage ovin et bovin, elle bénéficie d’une aura qui a désormais peu d’équivalent à l’échelle des tribus kurdes. Ses déplacements saisonniers sont connus et font l’objet d’une attention médiatique discrète mais néanmoins effective (reportage, chanson, site sur le web). De nombreux magasins portent leur enseigne : officine vétérinaire, échoppe de vêtement en laine, café Internet… Fait surprenant sous un régime politique ne reconnaissant que l’individu, citoyen et turc, le logo « Beritan Aseratî » ( « la tribu Beritan » en Kurmandji) peut désormais s’afficher conjointement avec le portrait d’Ataturk et le drapeau national, dans les locaux de son siège administratif. Sans doute un exemple de plus des consensus qu’Ankara est obligé de faire face au problème Kurde.

Texte en cour de rédaction…